vendredi 10 février 2017

Rêves brisés ou changement de cap?

   Avez-vous déjà eu l'impression d'avoir raté une occasion ou gâché votre vie? Je commence abruptement, n'est-ce pas? Tant mieux car je n'ai pas la réputation d'être une personnalité mièvre. J'ai souvent eu cette impression ces derniers mois. Une épreuve n'attend pas l'autre, la situation devient alors plus complexe et la vie plus difficile. Bienvenue sur Terre! me diront certains. J'ai le plaisir de vous dire que j'y suis habituée sauf que je me fatiguée. Fatiguée de lutter, fatiguée de résister. Je n'avais plus aucune motivation, aucun plaisir à écrire, aucune envie à trouver une raison de continuer. Plus je regardais les nouvelles, plus le chaos du monde me donnait des multiples raisons de n'en plus faire partie. Je vois d'ici beaucoup d'entre vous qui sourcillent parce qu'ils ont en mémoire mon sourire éblouissant sur mes photos. C'est vrai je l'admets, je cache bien mon jeu.  Mais revenons à mon sujet. J'ai dérivé pendant longtemps jusqu'à ce qu'un soir je suis entrain de pleurer plus que de prier. Je n'avais pas écrit depuis des semaines, les nouvelles médicales n'étaient guère encourageantes et ma santé semblait me se surpasser en terme de détérioration. Ma carrière est restée en sursis quelque part dans ma vie et je n'y pense même plus pour ne pas déprimer davantage. Je me rappelle que je me suis dite que ma foutue jeunesse ne me servait strictement à rien. Je n'étais pas la personne la plus malade dans le monde mais j'avais une situation de santé si complexe pour mon âge, 29 ans, que les plus grands érudits de la science moderne sont bouche bée. Ça m'a agacée. Je suis passée des larmes de désespoir à la rage. J'ai ressenti de la colère et j'en ai voulu au monde entier pendant un moment.
       Puis ce fameux dimanche soir du 29 janvier 2017 à Sainte-Foy à Québec, l'attentat contre la mosquée a eu lieu: un acte terroriste gratuit contre des musulmans en pleine prière qui étaient connus, aimés et intégrés dans la communauté tant par les Québécois de souche que par les autres ethnies. Les familles et les proches des six victimes sans compter leurs frères de la mosquée ont envoyé un message de paix aux parents de l'accusé. Tous les Canadiens et le monde entier étaient sous le choc. J'étais abasourdie: dix-sept enfants étaient orphelins, six femmes étaient veuves et toute une communauté était, ils partageait un message éloquent d'amour et de paix.  Même en évoquant ce souvenir,  je suis encore émue. Je me suis soudoyée en me disant "Alexa, tu serres les dents et tu avances". C'est ce que je fais encore. Je me suis remise à prier. Une semaine plus tard, j'ai repris mon ordinateur malgré l'annonce d'un mauvais diagnostic. Je me suis convaincue en me disant que si je dois vivre jusqu'à 60, 70 ans et plus comme ça, je dois me trouver une ancre pour ne pas sombrer. Je repenserai à ces martyrs qui nous ont quitté et à ces familles éplorées qui ont fui leur pays en guerre pour perdre des êtres chers dans de telles conditions. Je réitère mon soutien et mes sympathies à leur endroit. 
         Je vais continuer à avancer pas à pas sans trop poser de questions pour ne pas angoisser. L'avenir me dira le reste. Mes plans ont changé, mes rêves n'ont pas tourné comme je voulais alors j'ai pris un nouveau cap. 
Cordialement, Alexa M

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Les femmes oubliées: contexte derrière le tome 3 de mon roman

       Laissez-moi vous rappeler la pensée que j'ai retenue pour cette troisième et dernière partie de mon livre:« Dans la vengeanc...