lundi 27 février 2017

Compagnon d'une nuit


Compagnon d'un nuit

Il l'a désirait par une décennie, pour une vie;
Elle ne voulait de lui qu'une nuit sans issue.
Il n'avait souhaité que l'amour et le bonheur; 
Elle désirait son corps, son être et son âme 
Pour une seule nuit que l'aube chasserait vite.
Pour l'avoir tant cherchée pour risquer la perdre ensuite, 
Il dût accepter ce caprice avec peine,
Qui l'eût coûté tant d'amour et de larmes amères.

Elle l'avait choisi lui pour achever sa vie
Que les malheurs avaient longtemps assiégées.
Certains la jugeraient mais lui comprendrait une fois le choc passé.
Pour une fois à présent, elle serait mettre de son destin,
Parce qu'après toutes ces années, elle aurait enfin lui plaisir de vivre à sa guise.

Malgré toutes ses conditions qui lui échappaient, il était heureux
Parce que, pour une fois, elle serait totalement à lui. 
Il se disait qu'il devrait profites du moment 
Pour ne pas gâcher cette opportunité inespérée qu'elle lui offrait.
Il se disait que peut-être qu'après cette nuit, elle serait plus clément.

Tout s'était déroulé merveilleusement bien comme elle l'avait prévu:
Elle s'était donnée entièrement à lui sans la moindre retenue. 
Il semblait heureux et comblé comme s'il avait compté les étoiles du firmament.
Son coeur battait si fort  qu'il hésitait à formuler sa demande répétée dans son coeur.
Entre le silence et leurs souffles courts, seuls leurs coeurs battaient un duo effréné.

N'y tenant plus, il glissa sa main dans la sienne et s'y lança:
Amour éternel, mariage, enfants, famille...
Il n'avait rien omis, ses doigts pressaient les siens d'accepter.
Mais chose curieuse, elle se contenta de sourire tristement
Puis une larme s'écoula de ses paupières mi-closes.

Soudainement il comprit l'infâme vérité qui lui broya le coeur :
L'aube s'était pointée, la nuit était chassée.
Elle se retirait aussi comme si l'aube la volait.
Son sourire se figea puis ses yeux se fermèrent;
Son coeur fut lui dernier à lui dire adieu à tout jamais.

Couvrant le corps inerte de baisers et de larmes,
L'homme saisi d'un désespoir sans pareil fut rattrapé par la réalité:
Sa muse, atteinte de cancer terminal, avait préféré partir heureuse dans ses bras
Au lieu de finir ses jours dans des affreuses souffrances et ne plus se reconnaitre.
Elle avait fait de lui son compagnon d'une nuit mémorable
Et emporté avec elle des souvenirs qu'elle avait choisi de graver dans son coeur. 
Alexa Madrexx

1 commentaire:

  1. N'hésitez pas à me laisser des commentaires. Bonne semaine à tous!

    RépondreEffacer

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Nouvelle édition du tome 1 de mon roman en photos

Confrontée à une situation de santé chronique complexe et de la douleur chronique, ma chambre devient mon bureau car j'alterne les ...