mardi 3 janvier 2017

Je t'aimais jadis


Je t’aimais jadis
Tu disais que je n’étais qu’une amie,
Une amie sur laquelle tu pouvais compter,
Qui partageait tes secrets et tes joies
Et allégeait tes peines et tes malchances.
Tu disais que je n’étais pas ton genre :
Que tu préférais les femmes tirées à quatre épingles,
Ces femmes qui avaient la beauté du diable
Et mettaient le monde à leurs pieds.
Tu disais aussi que je n’étais qu’une énigme :
Parfois distante, froide ou trop discrète.
Tu me bannissais de ton cœur volage
Alors que le mien ne réclamait que toi…
Puis un jour sans crier gare tu es parti.
Tes lettres arrivaient rarement pour cesser ensuite.
J’avais compris que tu m’avais effacée de ta vie.
Puis de manière aussi déroutante tu es revenu.
Au moment où je ne m’y attendais le moins :
Attentionné, passionné, amoureux et transi de tendresse.
Je ne suis plus alors l’amie insignifiante
Mais l’objet de tes pensées et ton a priori,
Toutefois, je dois me contenter de te regarder
Aujourd’hui par dessus le fossé qui nous sépare,
Car beaucoup de choses se sont passées
Durant ces longues années d’incertitude :
Mon cœur ne m’appartient plus hélas!
Mais, peinée malgré tout, je te regarde le stimuler vainement
Pour ensuite retourner définitivement vers celui que j’aime
Tandis que tu continues de réclamer sans répit,

Ce cœur que jadis tu avais rejeté à maintes reprises.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Poésie...

*** courtoisie: Pinterest  "Je te suis comme ton ombre parce que tu me complètes. Me vois-tu? Parce que moi même les yeux ...