mercredi 14 décembre 2016

Quand tu seras grand ....

       


             Combien d'entre vous qui comme moi ont entendu des milliers cette phrase de la bouche de nos parents? Je me revois encore entrain de rouler des grands yeux au ciel avec un soupir presqu'imperceptible d'exaspération par crainte de défier l'autorité parentale haïtienne. Je me rappelle avoir rêvé maintes fois le moment décisif où je pourrai faire mes propres choix. Pourtant, comme bien des gens, j'ai vite déchanté quand j'ai commencé à faire face à la vie. La première leçon significative a été quand je me suis découverte une passion pour l'oncologie. Moi qui a toujours été proactive et spontanée, je me voyais après ma dernière année de mon baccalauréat en sciences infirmières en cardiologie, aux soins intensifs ou en chirurgie générale. Vous savez quoi? Je ne crois pas au destin. Je crois que rien n'arrive au hasard. Comme disaient mes parents, "un jour tu comprendras pourquoi la vie a ses détours et parfois c'est pour le mieux". Et ils avaient raison, lors de mon dernier stage d'intégration, mes préférences allaient aux soins intensifs et chirurgie cardiaque. À quelques semaines du début alors qu'on avait déjà eu la confirmation, mon stage a été annulé au service que je voulais. Au lieu de cela, je me suis retrouvée à faire du suivi systématique en soins palliatifs. J'étais terrorisée! Je venais de perdre brutalement ma grand-mère, je n'avais jamais vraiment côtoyé la mort et j'étais surtout âgée de 24 ans. Ajoutez à cela un manque total de capacités de communication, je dramatisais déjà avant même de commencer. À ma grande surprise, ce stage a été le meilleur de tout mon baccalauréat. J'ai prié, j'ai analysé l'approche de ma monitrice avant de lui confier mes craintes. Trois mois plus tard, j'ai appris à communiquer avec les gens, j'ai accompagné les gens en fin de vie et j'ai soutenu des familles en deuil. Ma monitrice, une femme humble, expérimentée dans le domaine et au grand coeur a décelé en moi un trait de personnalité que j'étais loin de réaliser chez moi: j'étais très emphatique et à l'écoute. Quelques mois plus tard, j'avais prévu de travailler comme candidate à la profession infirmière dans le service de la chirurgie orthopédique avant les examens de l'ordre des infirmières. Encore une fois, la vie a joué mes cartes différemment. Le service a été fermé pour l'été pour coupure budgétaire. Je me suis retrouvée en hématologie et gynécologie oncologie et soins palliatifs. Et oui encore une fois. C'était très stressant: entre préparer mon examen en vue de l'obtention de mon permis de pratique et ma probation en tant que candidate infirmière, je ne chômais pas. Cela m'a aidé quand même à devenir une meilleure professionnelle et à mieux comprendre la nature humaine. J'ai aussi appris à ne rien prendre pour acquis et de ne pas devenir une esclave des biens matériels. Puis, étant moi-même aux prises avec une maladie et de la douleur chroniques, je peux vous dire que je comprends bien des choses maintenant après les avoir subies. Oui mes parents avaient bien raison: j'ai compris quand je suis devenue moi-même une adulte et j'apprends encore.
Alexa Madrexx

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Laissons les fantômes du passé dans les placards!

     *** courtoisie photo: Google images      Quand je veux me débarrasser des souvenirs de quelqu'un, je fais en sorte d'e...